dimanche 15 octobre 2017

Les avantages de l'intérim

Après avoir dernièrement parlé des inconvénient de l'intérim, je vais maintenant voir les avantages.

Comme vous pouvez vous en douter, pour moi les avantages font peser la balance du côté de l'intérim, puisque j'ai volontairement démissionné d'un CDI pour ce style de vie.

Alors bien sûr, quand on pense intérim la première chose qui vient à l'esprit de tout le monde c'est :

  • _ On a un meilleur salaire !

    Et je dois bien dire que c'est vrai, malgré ce que j'ai pu lire un peu partout sur le net. Je suis passé de 1300€ (environs) net par mois pour un temps complet (en comptant le 13ème mois) à au minimum 1600€ (pour un temps partiel) et plutôt vers 1800-2000€ pour un temps plein (voir plus).
    Bien entendu il faut aussi comprendre qu'on a pas de congés payés : c'est à nous d'économiser pour tenir quand on se prend des vacances.
    Mais j'avais calculé que si je prenais 12 semaines de congés par ans (quand même...) je pouvais arriver grosso-modo à mon ancien niveau de vie. Ça fait rêver.
    Juste un truc : pour arriver à ce niveau il faut absolument que votre boite d'intérim vous rembourse vos frais de route (ou que vous ne travaillez pas loin de chez vous). Ça permet de maintenir votre véritable salaire horaire à un bon niveau (le véritable salaire horaire est calculé en prenant en compte tous les frais liés au travail, et on ajoute les temps de transport pour aller bosser). Si le sujet vous intéresse, voici un lien vers un article bien complet qui en parle sur le blog Épargner sans se priver.
    Pour info mon ancien (avant dernier CDI qui a duré 5 ans) véritable salaire horaire était aux alentours de 5€ de l'heure (beaucoup de trajets, salaire brut en dessous de 10€ de l'heure). Mon nouveau véritable salaire horaire se maintient aux environs de 11€ de l'heure grâce aux frais de routes remboursés (c'est variable selon la route, mais si je ne peux pas prendre l'autoroute c'est aux alentours de 10€ de l'heure lorsque je conduis, et via l'autoroute gratuite c'est encore plus). En gros c'est comme si je gagnais 2 fois plus qu'avant !

    Sur mes quelques mois d'intérim je tourne dorénavant (en moyenne) à presque 2000€ net par mois (avec des mois entre 1600 et 2700€). Soit environs 700€ de plus par mois par rapport à ma période CDI, ce qui fait une grande différence tout de même.
  •  On ne s'encroûte pas !

    En changeant régulièrement d'entreprise on voit plein de nouvelles têtes (d'ailleurs on peut se forger rapidement un solide carnet d'adresse qui pourra nous être utile si un jour on recherche un CDI), on travaille dans différentes ambiances. Bref, que du neuf tous les jours ou presque. Je trouve ça très agréable.

  •   On apprend tout le temps !

    C'est quelque chose que j'ai très vite remarqué, dès ma première mission (qui pourtant était complètement inintéressante) : changer régulièrement d'entreprise et de collègues permet d'apprendre plein de choses nouvelles. J'ai pour habitude de dire qu'à quasiment chaque mission j’apprends quelque chose de nouveau. Que ça soit une nouvelle technique, ou même quelque chose à ne pas refaire, il y a toujours du bon à prendre ! Alors que lorsqu'on reste longtemps dans la même entreprise, la courbe d'apprentissage à tendance à rapidement s'aplanir avec le temps. On fini par avoir une routine sans réelle nouveauté (et on fini même par craindre la nouveauté, ce qui n'est pas le cas lorsqu'on travaille en intérim).
     
  • On accroit sa confiance en soi !

    Qu'est ce qui peut me conforter dans mon choix de vie ? Le fait de savoir que si je veux arrêter l'intérim (ou si je n'ai plus le choix), je n'aurais pas de mal à retrouver rapidement un CDI. Comment je peux en être aussi sûr ?
    Sur toutes mes missions, quasiment à chaque fois j'ai une proposition d'embauche en CDI. Si ce n'est pas le cas, j'ai droit à un "dommage que tu habites si loin, tu aurais pu travailler pour nous". Ou alors "on est au complet, mais si besoin je peux faire appel à toi ?".
    Et ceci presque à chaque fois (en gros je dois tourner à 80 à 90% des cas). Et c'est très bon pour le moral de savoir que les entreprises vous veulent et que vous aurez le choix si un jour vous voulez retrouver un CDI.
  • On est libre !

    Je n'ai pas de patron. J'ai des chefs temporaires (pas tout le temps, dans certaines missions je suis en autonomie complète), j'ai quelqu'un qui me cherche du travail (ma boite d'intérim), mais je n'ai pas de patron.
    Parfois j'ai un peu l'impression d'être à mon compte, mais sans avoir besoin de chercher moi-même des clients et sans toute la paperasserie administrative.
    Je peux refuser une mission, même si personnellement je n'abuse pas de ce pouvoir. J'ai indiqué une fois qu'il y avait un endroit où je ne souhaitais pas retourner, tout en laissant la possibilité d'y aller si exceptionnellement il n'y a personne d'autre de disponible (pour une demie-journée au maximum).
    Après il faut bien comprendre que si vous refusez souvent des missions, l'agence d'intérim fera moins souvent appel à vous, ce qui est logique (autant demander d'abord à quelqu'un qui à priori va accepter).

    Je décide de mes dates de vacances. Tout ce que j'ai à faire c'est de prévenir quand il y a une période où je ne veux pas être appelé. Mais soyons logique (là encore) : il faut prévenir en avance ! Si vous prévenez d'une semaine sur l'autre vous allez mettre la boite d'intérim dans l’embarras car elle vous aura sûrement déjà prévu des heures de travail, même si vous n'avez pas encore été prévenu.
    Je sais aussi que les mois de juillet et d'août sont les deux plus gros mois de travail (remplacement des gens qui partent en vacances), donc il devient difficile de se prendre beaucoup de vacances à ce moment là (puisque les plannings sont souvent prévus pour les deux mois entiers).

    Lorsque je dois prendre un rendez-vous (médical ou autre), je le prend et ensuite je préviens ma boite intérim que je ne serais pas disponible à ce moment. Quel plaisir de ne pas avoir à demander l'autorisation !
  • On voit du pays !

    OK, ce n'est pas un avantage majeur, mais quand même je trouve que ça peut être utile : vu qu'on travaille dans plein d'endroits différents, on visite beaucoup les lieux vers chez soi. Il m'arrive fréquemment d'avoir une idée de sortie grâce à une mission intérim : une affiche sur le bord de la route, une publicité pour un petit parc d'attraction, un beau point de vue...
    Autre avantage dans la même veine, le fait d'apprendre à se repérer en ville. Avant dans Clermont-Ferrand j'étais rapidement complètement perdu. Maintenant à force d'y aller et d'en faire le tour je réussis à me repérer sans mal.
Voilà les avantages qui me viennent en tête pour l'instant.

mardi 15 août 2017

1er mois d'été, salaire doublé !

Je vais peut être lancer une expression ? J'ai récemment reçu ma paye pour le mois de juillet (je suis payé le 11 du mois).
2400€, c'est à dire le double de ce que je gagnais avant. Alors bien sûr ça s'explique en partie par un gros remboursement de frais de route puisque pendant tout l'été j'ai une mission à temps complet à 50 km de chez moi (donc 100 km par jour).
Mais j'ai aussi fait d'autres missions certains après-midi, ce qui augmente donc ma paye.

Donc salaire doublé, mais grosse fatigue aussi. Les deux dernières semaines (donc les deux premières semaines du mois d'août) j'ai fait entre 57 et 60h de travail par semaine. Si on ajoute les temps de routes, on dépasse les 70h.
J'aurais pu continuer comme ça tout le mois d'août et dépasser les 3000€ de paye, mais j'ai préféré prévenir mon agence que je ne souhaitais pas d'autre mission que ma mission principale (à temps complet donc) pour les deux dernières semaines du mois.

Je veux pouvoir profiter de ma famille pour les 15 derniers jours de vacances, et je veux aussi pouvoir me reposer, car c'est vraiment usant et je me suis surpris à avoir envie de dormir au volant de ma voiture (certains jours je commence à 5h, donc départ à 4h et lever à 3h15...).

Donc sur le mois 2400€ au lieu de 1200 (+1200€), ce qui me fait pour l'instant quasiment 2000€ en plus que si j'avais gardé mon CDI, et ceci en 3 mois (ouf, le 13ème mois si chers à mon ancien chef est largement payé !).

Je vais avoir de l'entretient à faire sur ma voiture bientôt, et c'est vraiment cool de se dire que je ne vais pas avoir besoin de me priver pour y arriver.

samedi 5 août 2017

Les inconvénients de l'intérim

Faire le choix de l'intérim (ou devoir le subir), c'est accepter certains inconvénients. C'est comme dans tous les métiers, c'est très rares de n'avoir que des avantages. Tant que la balance avantages / inconvénients penche du bon côté, tout va bien. Quand ce n'est plus le cas, soit on broie du noir (voir même on fait une dépression), soit on se prend en main et on fait en sorte que ça change (démission, remise à plat avec son patron, formation qualifiante...).

Personnellement j'ai parfois appris à aimer certains inconvénients, ce qui fait qu'ils sont devenus des avantages pour moi. Parmi ceux-ci voici le principal inconvénient dans l'intérim qui est devenu un avantage pour moi :
  • On change sans arrêt d'entreprise. Mis à part dans certains secteurs (travaux publics, fabrications de voitures...), en général en intérim les missions sont souvent courtes. Parfois quelques semaines, parfois juste quelques heures. Ce qui veut dire qu'il faut sans arrêt s'adapter à un nouvel environnement, à de nouveaux collègues, à de nouveaux clients.

    Ceci peut être pour certains très anxiogène : que ceux qui on passé une mauvaise nuit et une partie du matin aux WC avant un premier jour de travail lèvent la main !

    Pour moi, à force d'enchainer les "premiers jours de travail" dans plein d'entreprises différentes, ce stress est terminé. En règle général un premier jour se passe bien, voir même très bien. La plupart des gens sont aimables et comprennent qu'on ne peux pas être à 100% dès le 1er jour (déjà on perd du temps pour trouver où sont rangées les affaires et pour s'orienter dans l'entreprise).

    Ensuite il peut y avoir d'autres inconvénients à faire de l'intérim :
  • Au début on est obligé d'accepter n'importe quelle mission. Forcément, tant que la boite d'intérim ne vous connais pas, il est impossible de refuser une mission (même si c'est loin, même si vous avez les enfants malades...). Sinon vous pouvez toujours attendre avant d'être rappelé. Mais ça change après, une fois que vous avez prouvé vos compétences.

    Personnellement JE SUIS OBLIGÉ DE REFUSER DES MISSIONS. Même avec une seule boite d'intérim, si j'acceptais toutes les missions qu'on me propose je ferais largement 70h par semaine tellement il y a du travail et un manque de personnel. Je connais certains intérimaires qui le font, ils tournent entre 60 et 80 heures par semaine et gagnent beaucoup d'argent (+ de 3000€ par mois).
    Mais personnellement je n'en ai pas envie. Déjà je trouve ça dangereux (en plus d'être illégal... mais tant que vous payez vos impôts personne ne viendra vous faire remarquer que vous dépassez le nombre d'heures maximum que vous avez le droit d'effectuer) : travailler autant est fatiguant, ça augmente le risque de blessure (et dans mon métier, la boucherie, une blessure peut très vite devenir grave) et aussi le risque d'accidents sur la route. Et puis certains chefs me font remarquer que même si certains se vantent de rester à 100% même en faisant 70h par semaine, ce n'est pas vrai. Quand arrive une certaine heure le soir le rythme ralenti forcément et l'intérimaire fini sa journée en faisant simplement acte de présence.
    Et puis zut, j'ai des enfants que je veux voir grandir et ma vie ne se limite pas à mon travail. C'est pourquoi j'essaye de me limiter à une 40aine d'heures par semaine, avec de temps en temps un pic à 60h quand vraiment il y a besoin de personnel. Et parfois je fais des semaines de 25/30h et c'est très reposant.
  • Il faut absolument un moyen de transport, de préférence une voiture. A moins d'habiter une très grande ville, il y a des chances pour que vos missions soient parfois loin de chez vous. En ce moment et pendant tout l'été je travail à 50 km de chez moi, et parfois j'ai une seconde mission dans la journée à 50 km de chez moi mais dans l'autre sens ! Donc pour faire 200 km par jour il faut soit une voiture, soit une moto.
    L'avantage de la voiture (outre le confort et la protection) c'est qu'on peut l'utiliser toute l'année (après il est possible de refuser d'aller loin s'il se met à neiger ou à geler). En outre on peut manger et faire une sieste dedans entre deux missions ou si on a une coupure à midi.
  • On est payé en milieu de mois. Je sais que certaines boites d'intérim payent à la semaine, mais en général on est payé entre le 10 et le 15 du mois. Après c'est juste une organisation à prendre (faire décaler des prélèvements), et on peut demander des avances chaque semaines le temps de réussir à équilibrer ses comptes avec ce nouveau fonctionnement.
     
  • On ne choisi pas quand on va travailler.  Il arrive qu'on vous appelle le matin pour un travail l'après-midi. Voir même pour dans une heure. Après (sauf si vous débutez, voir le 2ème points plus haut), vous pouvez toujours refuser une mission dans l'urgence. On a le droit d'avoir une vie et ne pas pouvoir (ou pas vouloir) travailler à un moment précis.
  • Certaines missions sont inintéressantes : Ah là là... les missions où on ne fait qu'acte de présence... Où on se demande pourquoi on fait appel à nous alors que de toute évidence ça aurait été pareil si on avait pas été là (par exemple 2 clients dans l'après-midi pour un total de 5€ vendu, interdiction de toucher au stock pour cause d'inventaire et nettoyage déjà terminé quand j'arrive : ça m'est arrivé). Ou alors la mission où un robot pourrait faire le boulot aussi bien (même sûrement mieux) que nous. Le temps parait parfois bien long. Ayons une pensée pour tous ces travailleurs qui vivent ça tous les jours (ça doit être dur le jour où il faut se mettre à vraiment travailler). Si vous avez de la chance vous pourrez vous planquer pour jouer sur votre smartphone (prévoir un chargeur !). Sinon vous ferez le piquet à attendre que le temps passe. Heureusement c'est rare !
  • Dur de lier des contacts avec ses collègues. Forcément, si on ne reste que quelques heures ou quelques jours dans une entreprise ça va être dur de lier des liens. Moi je m'en fiche, j'ai le contact facile de toute façon donc c'est bien rare que je reste dans mon coin sans parler (à part dans certaines boite où l'intérimaire est considéré un peu comme une machine, mais c'est pas courant).
  • Certains ne gagneront pas plus qu'en CDI. J'ai envie de dire qu'il faut savoir choisir avec qui on travaille. Ou alors certaines personnes non qualifiées vont enchainer les périodes d'inter-missions et devront avoir les assedics pour tenir (ok, on appelle plus ça comme ça mais vous voyez l'idée). Un conseil si jamais vous êtes dans ce cas : n'hésitez pas à contacter un très grand nombre de boite d'intérim pour multiplier vos chances de travailler. Vous ferez le tris ensuite. J'avais lu le conseil d'un intérimaire non qualifié : il avait 30 boites d'intérim ! J'ai bien conscience que mon cas est assez exceptionnel (avec une seule boite je n'ai pas de coupure, sauf qu'en j'en prend volontairement).
  • Il faut savoir s'adapter. Forcément. Mais on prend vite le pli normalement. De toute façon vous êtes là pour faire un travail, donc pas la peine de discuter des méthodes de travail. Le chef vous fait faire un truc inutile ? OK, de toute façon vous êtes payés pareil donc aucun soucis.

dimanche 18 juin 2017

Interlude... mes 2 premiers mois d'intérim

Voici maintenant pas mal de temps que je n'ai pas posté ici. Vous savez ce que c'est, la motivation ça va, ça vient.
Mais surtout je voulais avoir une base un peu plus solide pour parler de l'intérim. Lancer un blog alors que je venais juste de (re) commencer, c'était pas très sérieux.

Ça fait maintenant plus de deux mois et demi que je ne fais plus que de l'intérim, et pour l'instant je peux dire que j'ai fait le bon choix.

Je me suis lancé avec pour idée de gagner plus qu'avant : c'est le cas, et pas qu'un peu. Mon ancien chef m'avait prévenu que si je partais faire de l'intérim c'était terminé le 13ème mois. C'est vrai, mais qu'il ne s'inquiète pas pour moi : le 13ème je vais largement le gagner !

Avant en CDI à temps plein (36,75h, soit 35h de travail et 1h45 de pause payée par semaine) je gagnais 1245€ par mois (sur 13 mois, ce qui ramené à 12 mois fait un salaire de 1348€ par mois environs), pour 159h de travail par mois.
Mon premier mois complet d'intérim m'a rapporté 1867€ (+519€ par rapport à mon ancien salaire) pour 163h travaillée (soit 4h de plus qu'un mois standard à 159h), le second 1622€ (+ 274€) en faisant bien moins d'heures et en ayant plein de jours de repos.

Soit déjà en deux mois + 793€ par rapport à si j'étais resté en CDI. Si vous avez lu mes précédents billets (allez-y, il n'y en a que 2 pour l'instant ^^) vous pouvez en déduire que ça y est : le découvert que j'avais creusé en restant en CDI pendant un an est entièrement résorbé !


En deux mois j'ai fait des tas de missions : je ne suis jamais resté plus d'une semaine dans le même magasin. Et j'adore ça ! J'ai aussi beaucoup parlé de l'intérim avec d'autres bouchers et des chefs (c'est plus simple pour parler avec les chefs, car le chef boucher d'un magasin n'est pas vraiment "mon" chef).

J'ai donc constaté deux choses : je gagne plus qu'un boucher avec 40 ans d'expérience pour un temps complet, et mon taux horaire est supérieur à celui d'un chef boucher (même si mon salaire est plus faible, ils font beaucoup plus d'heure que moi et au final je gagne plus qu'eux à l'heure).

En regardant mes fiches de paye je peux aussi constater quelque chose de très marrant et qui n'est pas près d'arriver à un salarié en CDI (ou en CDD d'ailleurs) : mon taux horaire net est supérieur à mon taux horaire brut !
En CDI, si par exemple vous gagnez 11€ de l'heure comme moi, au final si vous divisez votre salaire par le nombre d'heure travaillée vous devriez arriver à quelque chose approchant les 8,50€ net de l'heure.
En intérim (si vos frais de routes sont payés comme c'est mon cas), mon salaire horaire brut est 11€ de l'heure, mais mon salaire horaire net est compris entre 11,30 et 11,80€ (la différence vient de la distance de mes missions par rapport à mon domicile).
C'est donc très appréciable !

Voilà pourquoi je compte réellement rester intérimaire encore longtemps. D'ailleurs je ne me suis pas inscrit à pôle emploi, puisque je ne compte pas chercher de travail. Quelqu'un m'avait dit qu'en étant en intérim c'était obligatoire, mais après vérification ce n'est pas vrai : pour s'inscrire à Pôle Emploi il faut effectivement chercher du travail. Alors certes si je me prend un mois de vacances j'aurais pu toucher des allocations, mais j'aurais vraiment l'impression d'être un voleur en faisant ça. Avec ce que je gagne en plus je peux largement mettre de l'argent de côté pour partir en vacances.
Et au moins je ne suis pas obligé de m'actualiser tous les mois, d'aller à des réunions inutiles ou de "prouver" que je cherche effectivement du travail (c'est facile à prouver même si c'est pas vrai...).

Du coup j'ai parfois l'impression d'être à mon compte, mais sans avoir besoin de trouver des clients moi-même. Vraiment cool comme impression ;-)

dimanche 26 mars 2017

Mes débuts dans l'intérim

Lorsque j'ai commencé à faire de l'intérim, j'ai vécu ça comme une véritable punition. Je n'avais pas le choix, c'était soit l'intérim, soit rien du tout (je n'avais pas le droit au chômage puisque j'avais démissionné, il serait temps que ça change d'ailleurs). Avec une famille à nourrir je ne pouvais pas me permettre de rester sans travailler.

D'ailleurs si j'avais osé démissionné (deux fois en trois mois !) c'est bien parce que je savais que dans mon secteur  (la boucherie) j'aurais du travail en tant qu'intérimaire si le pire se produisait (et il s'est produit...).

Je me suis donc inscrit le même jour dans deux entreprises d'intérim vers chez moi. Dans la première, qui était celle que je connaissais le plus (j'avais déjà eu affaire à eux, mais de l'autre côté en étant celui qui recevait un intérimaire), il n'y avait aucun poste disponible de suite. J'ai juste du amener mon CV et une lettre de motivation.
Dans la seconde j'ai passé un petit test sur la sécurité et l'hygiène au travail (zéro faute) et on m'a proposé un poste dès le lendemain matin dans une entreprise située à environs 30 km de chez moi. C'est la seule mission que j'ai fait pour cette boite d'intérim et elle a durée trois semaines. J'en garde un bon souvenir, car même si le travail n'étais pas du tout intéressant (travail à la chaine : je devais mettre de la viande déjà coupée en barquette) l'ambiance était très agréable grâce au collègue avec qui j'étais.

Néanmoins mon salaire horaire était plutôt faible (10€/h) et mes frais de routes n'étaient pas payés.

Après ça j'ai pu travailler dans la boite d'intérim que je voulais depuis le début, celle que je connaissais déjà car mon ancienne patronne avait déjà fait appel à eux. Celle chez qui tous les magasins de ma région qui recherchent un boucher font appel. Je vais éviter de donner son nom ici pour garder un semblant d'anonymat, mais il s'agit à mon avis de la meilleure vers chez moi dans mon secteur d'activité.
Déjà le salaire horaire était un peu meilleurs, mais surtout on me payait mes frais de routes (et ça change tout !). Ce qui veut dire que j'ai accepté d'aller plus loin, puisque de toute façon je savais que je serais remboursé de mon carburant et même de l'usure de la voiture.

Lors de mes premières missions j'ai rapidement pu voir de gros inconvénients dans l'intérim, je vous en parlerais dans le prochain article du blog...

vendredi 24 mars 2017

Lancement du blog L'intérimaire de carrière

Un nom de blog un peu bizarre, n'est-ce-pas ? Je me dois de vous l'expliquer rapidement :

Ce blog traitera d'un nouveau tournant que j'ai décidé de faire prendre à ma carrière professionnelle : fini les CDI, bonjour l'intérim à temps plein !

Mon profil privé et professionnel :
Je suis marié avec deux enfants en bas âge (3 et 6 ans en 2017). Mon métier ? Boucher. Ma femme ne travaille pas, j'ai donc le seul salaire de la famille (nous touchons bien sûr diverses aides de la CAF, comme presque tous les parents de jeunes enfants et presque tout ceux qui ne gagnent pas très bien leur vie en France).

Je viens de quitter un CDI (contrat à durée indéterminée) pour me lancer dans l'aventure de l'intérim. Une folie diront certains, mais j'avais mes raisons. Déjà l'ambiance au travail pouvait parfois être pesante (j'avais un chef assez lunatique), mais la principale raison de mon départ est financière : je ne m'en sortais plus avec mon salaire et il n'y avait aucune possibilité d'augmentation à court terme.
Ça faisait presque un an que j'avais un CDI dans cette boite, avant ça j'avais fait un an d'intérim. En moins d'un an de CDI j'ai vu fondre l'intégralité des économies que j'avais réussies à faire quand j'étais intérimaire. J'avais pendant ma période d'intérimaire d'un an réussi à combler un découvert d'environs 1000€ (5 ans de CDI...) et à mettre de côté environ la même somme. En reprenant un CDI j'étais en train de me retrouver de nouveau à découvert (aujourd'hui mon compte affiche un beau -600€...).
Plusieurs raisons à cela : déjà un salaire horaire inférieur à celui que j'avais en intérim (un peu plus de 10€ de l'heure contre 11€/h en intérim) ; ensuite des frais de transports assez importants (30 km par jour) alors qu'en intérim ceux-ci m'étais intégralement remboursés (0,22€ du km) et enfin bien sûr l'absence totale de prime de précarité (sans compter la prime de congé payé qui doit normalement servir à prendre des vacances).

Le challenge sera donc de réussir à mieux gagner ma vie en intérim qu'en CDI, tout en prenant au moins autant de vacances qu'avant, voir même plus. Je sais que c'est faisable parce que pendant mon année d'intérim je m'étais rendu compte qu'en travaillant un peu plus de 15 jours je gagnais autant qu'en travaillant le mois complet en CDI.

Sur ce blog je mettrais donc ce qu'il se passe, les bons points comme les galères.

Je ne recherche plus du tout de CDI, au moins pendant quelques années je veux rester intérimaire. Je détaillerais dans d'autres posts tout ce que j'aime dans l'intérim et qui pourra peut être vous concerner aussi (ou peut être pas, chaque situation est différente).